La Gilde

Les différents aspects des ARQUEBUSIERS de VISE.

La Compagnie royale des anciens

Arquebusiers de Visé c’est :

– Une confrérie sermentée
– une ferveur envers saint Martin
– une histoire liée depuis plus de quatre siècles à celle de Visé
– un riche patrimoine immobilier, muséal et musical
– des traditions qui font vibrer Visé depuis quatre siècles
– deux fêtes annuelles : la Fête-Dieu et la Saint-Martin
– des événements ponctuels
– des publications nombreuses

Une confrérie sermentée

La Compagnie royale des anciens Arquebusiers de Visé regroupe plus de 220 membres liés par le serment traditionnel qu’ils ont prononcé lors de leur entrée dans la confrérie. Les Arquebusiers se répartissent en différents corps en fonction de leurs attributions : le comité directeur, les officiers, les tambours, les sapeurs, les confrères et les cadets. Parallèlement, des buts communs réunissent certains de ces membres au sein de sections en fonction de leur volonté de mieux participer : les Jeunes arquebusiers, l’équipe du Papegaie, la Section de tir…

Voir les chapitres : Le comité, Les cortèges, Les Jeunes arquebusiers, Le Papegaie

La Compagnie se compose de différents corps qui se différencient par leur uniforme – entrée dans la collégiale Saint-Martin.

Une ferveur envers saint Martin

Les statuts accordés dès la reconnaissance en 1580 par le prince-évêque de Liège confirment le choix de saint Martin comme patron de la Compagnie. Saint Martin était déjà vénéré depuis des siècles à Visé. Les souvenirs et les marques de cette ferveur sont donc nombreux dans les monuments, dans la toponymie et dans les œuvres d’art.

Voir : le chapitre Saint Martin et les fascicules ‘Saint Martin, culte et traditions’ et ‘425 ans de vie commune – Ce que les anciens Arquebusiers ont apporté à la ville de Visé en plus de quatre siècles’.

Les Cadets portent et escortent fièrement la statue du saint patron de la Compagnie.

Un passé

La Compagnie royale des anciens Arquebusiers de Visé, créée en 1579 et reconnue en 1580 par Gérard de Groesbeeck, prince-évêque de la principauté de Liège, n’a jamais abandonné le lien qui l’attache à ses origines. Ce lien est symbolisé par le collier historique, daté de 1580 à 1623 et transmis de générations en générations. Ni les ans, ni les occupations étrangères n’ont réussi à affaiblir le respect des Arquebusiers envers leurs traditions.

Voir les chapitres : L’histoire, Documentation, Rétrospectives

Le collier, splendide travail d’orfèvrerie des XVIe et XVIIe siècles est un témoin précieux du passé des Arquebusiers. Photo d’un des 11 placards en argent et vermeil.

Un patrimoine

Le patrimoine de la Compagnie royale des anciens Arquebusiers de Visé est diversifié et partagé entre héritage matériel et immatériel. Si tous deux ont résisté au poids des ans, archives et collections ont malheureusement souffert du criminel incendie de la ville de Visé en août 1914. Mais les Arquebusiers ont sauvé l’essentiel : le collier historique, une partie des archives, toutes leurs traditions … et leur dynamisme. Les drapeaux d’art, les uniformes chatoyants, les collections du musée ont pu être restaurés dans un esprit de fidélité et de continuité. Le patrimoine musical de la confrérie est lui aussi important. Le local de la Renaissance, l’Enclos des Arquebusiers et la statue de l’Arquebusier rappellent jour après jour aux passants la pérennité de la confrérie.

Voir les chapitres : Les statuts, Le musée, La Renaissance, Le monument

Diverses manifestations dont des expositions sont régulièrement organisées par les Arquebusiers.

Des traditions qui font vibrer Visé

Les traditions sont nombreuses, beaucoup remontent à la création de la Compagnie :
– les deux fêtes annuelles : la Fête-Dieu et la fête de la Saint-Martin
– le feu de la Saint-Martin
– le tir du roy
– le tir dominical (de mai à septembre)
– la grand-messe chantée pour les membres défunts et la marche d’offrande
– l’assistance à l’enterrement du membre défunt en corps et en uniforme
– la haie
– la retraite aux flambeaux
– le tir de campes…

Voir les chapitres : Les statuts, Les fêtes, Rétrospectives

La retraite aux flambeaux se termine par un grand cramignon.

Un local majestueux

Le bâtiment de la Renaissance, reconstruit en 1923 après la destruction de 1914, se situe au cœur de Visé. En plus d’un café accueillant, il abrite une salle des fêtes, des salles de réunion, un musée, et enfin, à l’arrière, un jardin et le stand de tir de l’Enclos des Arquebusiers.

Contact : Luc Oblinger (tél. 04 / 379 12 49 – Gsm 0473 / 98 17 01)

Une histoire qui a marqué la toponymie visétoise

Une promenade, organisée dans le cadre de l’exposition ‘425 ans de vie commune’ avait relié les différents lieux qui rappellent la présence et l’activité des anciens Arquebusiers à Visé.

Voir les chapitres : Visé, Saint Martin, Le monument